Le PLUi de la Communauté de Communes du Pays du Coquelicot a été arrêté par délibération du Conseil Communautaire en date du 09/10/2017

ACTUALITES

Le PLUi de la Communauté de Communes du Pays du Coquelicot a été arrêté par délibération du Conseil Communautaire en date du 09/10/2017.

Comme le prévoit la procédure, les pièces réglementaires ont été transmises aux différentes communes, qui disposent d’un délai de 3 mois pour formuler un avis sur ces pièces réglementaires qui concernent directement leur territoire.


Après un cycle de 3 réunion publiques pour présenter le diagnostic du territoire et les enjeux mis en avant, puis un cycle de 3 réunions publiques pour expliquer le projet retenu pour le territoire, 3 nouvelles réunions publiques ont été organisées 1ère quinzaine de juillet pour présenter de quelle façon le projet politique a été traduit au sein des pièces réglementaires.

Celles-ci ont eu lieu :

  • le Mercredi 5 juillet 2017 à 18h00 à Bray-sur-Somme,
  • le Jeudi 6 juillet 2017 à 18h00 à Albert,
  • le Lundi 10 juillet 2017 à 18h00 à Acheux-en-Amiénois.

Le diaporama ayant servi de support de présentation est disponible dans la rubrique "téléchargements"


Le Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi) est élaboré à l’initiative et sous la responsabilité de la Communauté de Communes du Pays du Coquelicot.

Le bureau d’études Environnement Conseil - Groupe Auddicé a été retenu suite à un appel d’offres pour accompagner la Communauté de Communes dans l’élaboration du PLUi (valant Programme Local de l’Habitat).

Environnement Conseil est accompagné d’une équipe de spécialiste avec :

  • le bureau d’études AIRELE - Groupe Auddicé spécialisé en Environnement ;
  • le cabinet ENEIS Conseil, spécialisé dans la politique de l’Habitat ;

L’étude comprend un volet spécifique lié au diagnostic agricole du territoire. Le caractère rural et agricole du territoire communautaire justifie cette expertise ciblée.

A noter que l’étude débutée pour la mise en place du RLPi (Règlement Local de Publicité Intercommunal) a été stoppée par les élus car après avoir analysé le diagnostic de la publicité locale et les prescriptions imposées par le Règlement National de Publicité, il s’est avéré que les élus préfèrent se concentrer sur le respect des dispositions nationales qui s’avèrent suffisantes pour répondre aux besoins locaux.